LE PIED

Le pied comprend 26 os reliés par 107 ligaments ainsi que par les tendons d'une vingtaine de petits muscles. Au dessus du pied, le tibia et le péroné s'articulent au niveau de la cheville, également formée de l'astragale, qui repose sur le calcanéum, ou talon du pied. À l'avant, il y a les os du tarse et du métatarse, puis les phalanges qui forment les doigts de pied... Ils sont composés de trois phalanges, à l'exception du gros orteil qui n'en a que deux...

Les chaussures !

Les pathologies du pied  illustrent souvent un constat: à force de porter de belles chaussures un peu pointues et à hauts talons les femmes développent des déformations appelées hallux valgus, avec le fameux "oignon" sur l'articulation du gros orteil.

Une nouvelle technique

L'hallux valgus du pied est certes disgracieux mais il peut surtout devenir très douloureux. Alors lorsque la douleur est trop importante, l'opération devient inévitable. Aujourd'hui, il existe une nouvelle technique chirurgicale dite percutanée. Moins invasive, elle permet au patient de s'appuyer sur son pied le soir même.


LE NÉVROME DE MORTON

Si les talons mettent en valeur le galbe des jambes, ils peuvent aussi malheureusement faire souffrir nos pieds. Le névrome de Morton est un mal invisible, mais très douloureux, qui nécessite une intervention chirurgicale dans 40% des cas.

Des douleurs à l'avant du pied qui s'apparentent à des décharges électriques et qui se déclenchent après une longue marche ou le port de chaussures étroites, notamment les escarpins... Ces symptômes sont caractéristiques du névrome de Morton. Cette pathologie invisible mais très douloureuse toucherait dans 75 à 80% cas les femmes.

Dans 80% des cas, il se présente dans le troisième espace intermétatarsien, plus rarement dans les autres espaces. La cause exacte du névrome de Morton est mal connue. Il pourrait aussi être causé par l'épaississement et la cicatrisation du tissu autour des nerfs qui communiquent avec les orteils en réponse à une irritation, une pression ou une blessure. Le nerf devient alors tellement sensible que la moindre compression fait souffrir.

Si les douleurs reviennent après les infiltrations, le recours à la chirurgie s'impose. Le principe est simple : le chirurgien procède à l'ablation de la partie du nerf enflammé. Pour cela, il existe plusieurs techniques. Une des techniques est d'inciser la plante du pied. L'avantage de cette voie, c'est que le nerf est plus facile d'accès. Son inconvénient : la cicatrisation est plus lente et les risques d'infections plus importants. 

L'autre méthode consiste à inciser entre les orteils, c'est la voie dite "commissurale". C'est la technique la plus fréquente. Cette chirurgie est rapide, elle ne dure qu'un petit quart d'heure et se pratique en ambulatoire. Le patient rentre chez lui le jour même et sa perte de sensibilité due à l'ablation de la partie du nerf n'a aucune incidence sur sa mobilité



L' INSTITUT DU MOUVEMENT
 une devise en 3 mots :

SOIGNER, ENSEIGNER, CHERCHER.

Mentions légales

Hôpital Sainte Marguerite
AP-HM Hôpitaux Sud
270, Bd Sainte Marguerite
Pavillons 6, 7,  8
13006 MARSEILLE (France)

Contacts et accès à l' IML

Plan du site


FAIRE UN DON POUR L'IML

RECEVOIR NOS NEWS


CONNECTONS-NOUS